Comment prévenir les maladies dans les pays tropicaux ?

Vous partez en voyage de noces dans un pays tropical pendant 3 semaines ? Félicitations ! Pour que votre séjour reste un moment inoubliable et que vous ayez autre chose à instagrammer que les toilettes de tout le pays, il y a quelques règles à observer avant et pendant le séjour.

En voyage dans un pays tropical, vous avez entre 15 et 70 % de risque de tomber malade. Pour des pathologies la plupart du temps sans gravité rassurez-vous, mais qui peuvent tout de même gâcher le plaisir. Concentrons-nous sur les deux principaux facteurs de risque, qui sont ce que vous ingérez (eau et alimentation), et les insectes vecteurs de virus.

Les risques liés à l’alimentation et à l’eau

Ces jus de fruits vendus sur le bord de la route sont bien tentants, mais il va vous falloir y renoncer. Pourquoi ? Parce que vous ne savez pas dans quelles conditions les fruits ont été préparés, ni avec quelle eau ils ont été rincés. S’ils contiennent des glaçons, c’est pire ! Une eau souillée est en effet le vecteur de bactéries et virus fort peu sympathiques : les amibes, le choléra, la typhoïde… on continue ? Plus concrètement l’ennemi n°1 du voyageur, c’est la turista. Cette diarrhée plus ou moins aiguë qui affecte 1 personne sur 2 sur un séjour de 3 semaines est pourtant évitable en respectant quelques règles d’hygiène :

  • se laver les mains (avec de l’eau non souillée, ou un gel hydro-alcoolique) systématiquement avant les repas et après les besoins naturels ;
  • éviter, voir proscrire, les fruits et légumes crus ou qui n’auront pas été pelés par vos soins ; les glaces et glaçons ; les aliments insuffisamment cuits ; les plats très épicés si vous n’avez pas l’habitude. Ce sont les règles pour profiter de la cuisine locale !
  • boire de l’eau en bouteille (débouchée devant vous) ou de l’eau purifiée à l’aide de produit de désinfection. Vous aurez pris soin de prévoir le temps d’action du produit, qui varie de 15 mn à 2 h.

Si malgré ces précautions les premiers symptômes bien connus se font sentir, il faut absolument boire beaucoup pour se réhydrater. Des liquides sucrés et salés, et de l’eau potable il va sans dire.

 

Les risques liés aux moustiques et autres bestioles

L’autre agrément des voyages exotiques, ce sont les bébêtes dont on se passerait bien, au premier rang desquels se trouvent les moustiques. Ces derniers sont potentiellement vecteurs de maladies virales et parasitaires à prendre très au sérieux : le paludisme, la fièvre jaune, la dengue ou encore le chikungunya. En fonction des régions où vous vous rendez, le risque réel que vous encourez varie : vous serez bien plus exposé dans la forêt et dans les zones isolées qu’en ville. Pour vous en prémunir, le plan d’attaque comprend 3 phases : avant, pendant et après le voyage.

Avant le départ, sortez votre carnet de vaccination et faites le point sur les maladies et risques de votre pays de destination. Vous pouvez consulter les fiches par pays de la Cimed. Dans certains pays, la vaccination préalable est obligatoire, notamment contre la fièvre jaune. D’autres vaccins sont parfois fortement recommandés : diphtérie, tétanos, poliomyélite…
Sur avis médical vous pouvez aussi suivre un traitement préventif contre le paludisme qui vous accompagnera avant le départ et pendant le séjour.

Sur place, utilisez sur le corps des produits répulsifs contre les moustiques. Et en cas de forte exposition, portez des vêtements couvrants enduits de répulsifs, sans oublier la moustiquaire imprégnée la nuit ! Et continuez votre traitement si vous en avez un.

Comme le chantaient les Inconnus, les insectes sont nos amis, à quelques exceptions près toutefois ! On se passerait par exemple de la rencontre avec certaines tiques, que vous êtes susceptible de croiser en zone rurale ou dans la forêt. Contre les tiques, la meilleure prévention reste d’être habillé de vêtements couvrants, et de s’examiner minutieusement après une sortie. En randonnée ou bivouac, méfiez-vous des chaussures et vêtements posés par terre : les scorpions et les araignées adorent ce genre de recoins ! Évitez également de marcher pieds nus dans des eaux douces et sur les plages.

Au retour, en cas de fièvre il vous faut consulter en urgence en précisant les conditions auxquelles vous avez été exposé.

Que mettre dans votre trousse à pharmacie en plus de votre prescription médicale éventuelle ? Un antalgique, un anti diarrhéique, un répulsif à moustiques, un thermomètre (on a parfois la sensation d’avoir de la fièvre alors qu’il fait juste très chaud) une pince à épiler (contre les tiques), de la crème solaire, un produit de désinfection pour l’eau, du sérum physiologique, tout traitement médical que vous suivez.

Enfin une assurance voyage couvrant les frais médicaux et le rapatriement en cas de pépin est plus que recommandée, car mieux vaut prévenir que guérir… Et bon voyage !

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

assurance voyage

Qu’est-ce que l’assurance voyage ?

Voyage et tourisme nous annoncent des espaces nouveaux, différents, prometteurs de bien-être, de sensations fortes. Mais, aussi passionnantes qu’elles soient, ces promesses entraînent aussi vers tout un monde de risques nouveaux. Une assurance voyage internationale est alors le moyen d’y faire face en cas de problème. Par définition, une assurance voyage compte avec un ensemble de garanties pour vous […]

Continuer à lire

Besoin
d’informations ?

+41 22 786 12 00